Parrainage Merzak Allouache

 

Cette 15ème édition, parrainée par le cinéaste Merzak Allouache, (Chouchou, Salut Cousin, Normal !, le Repenti), qui viendra présenter en avant-première, son film Les Terrasses, révèle la pluralité des approches et des langages cinématographiques de cinéastes confirmés comme de jeunes auteurs émergents du Maghreb et du Moyen-Orient.
De nombreux réalisateurs nous feront l’honneur de leur présence.
Une table ronde autour de la «production et distribution des films du Sud», viendra enrichir cette programmation.
Autant d’événements immanquables au programme de cette 15ème édition.

.

Nous ouvrirons le festival, avec le film BEFORE SNOWFALL, du kurde-irakien, Hisham Zaman. Il met en scène la trajectoire de deux âmes esseulées qui se croisent pour ne plus se lâcher. La beauté renversante des paysages panoramiques et les plans de la neige apparaissent comme de réelles partitions cinématographiques.
Le film du franco-algérien Merzak Allouache, cinéaste témoin de l’Algérie contemporaine est présenté en avant-première. LES TERRASSES est justement tourné dans les terrasses d’Alger, soulignant leur rôle dans la ville. Y est décrit un pays malade de ses contradictions, les outrances de la religion et les espoirs de la jeunesse, ses rêves de musique et de jours meilleurs.
Avec ADIOS CARMEN du marocain, Mohamed Amin Benamraoui, écrit à partir d’éléments autobiographiques, le public est plongé dans le Rif du milieu des années 70. Plusieurs thèmes sont abordés, l’immigration et la séparation familiale, la condition des femmes, la différence, la violence impitoyable des enfants...
D’Egypte, nous vient EL OTT (LE CHAT) de Ibrahim El-Batout, il est joué par la star du cinéma égyptien, Amr el Waked. El Ott a été tourné en 2013 dans un climat de protestations qui a mené à la démission du Président Mohamed Morsi. C’est un film d’action avec en toile de fond le trafic d’organes d’enfants en Égypte. C’est aussi une histoire de gangsters dans l’Égypte de nos jours.
Côté documentaires, nous présenterons des films de réalisateurs talentueux.
Le premier, LE JOURNAL DE SHEHERAZADE, de la cinéaste libanaise, Zeina Daccache. La réalisatrice plante sa caméra dans la prison de Baabda à Beyrouth. Elle insère à la représentation théâtrale jouée par des prisonnières à l’intérieur d’une prison arabes pour femmes, leurs récits intimes.
Puis, de Palestine, le divertissant LES 18 FUGITIVES de Amer Shomali et Paul Cowan. Nous sommes transportés dans ce qui pourrait être un western arabe qui nous raconte comment l’armée israélienne a essayé d’empêcher des palestiniens d’élever 18 vaches. Il souligne que  l’humour peut être plus abrasif que n’importe quel discours politique.
Nous projetterons un film coup de poing, EL GORT , du réalisateur tunisien, Hamza Ouni. Ce documentaire, filmé sur une période de six ans, traverse la période de la révolution. Il rend compte des bouleversements qu’elle va provoquer dans la vie des acteurs. Il témoigne de la rage de vivre de la jeunesse tunisienne.
Documenter la Syrie aujourd’hui ? Avec NOTRE TERRIBLE PAYS, Mohammad Ali Atassi s’est associé au photographe Ziad Homsi, pour suivre le périlleux voyage de Yassine Haj Saleh, un intellectuel dissident. Celui-ci entreprend d’aller voir sa sœur, en pleine zône contrôlée par Daesh, pour rejoindre finalement la Turquie. Le cinéaste réussi le pari de parler de la violence, de la dénoncer et d’en montrer l’étendue sans jamais la porter à l’écran ou la reproduire.
Nous clôturerons, par une avant-première, THEEB (LOUP), du jordanien Naji Abu Nowar, distingué dans plusieurs festivals internationaux. Tourné au Nord de la Jordanie, dans les magnifiques paysages où a été filmé Lawrence d’Arabie de David Lean, Theeb dont l’histoire se situe en 1916, est un film qui traite de la fraternité et de la trahison.

Explorer le cinéma du Maghreb et du Moyen-Orient, faire partager une cinématographie peu connue, qui contribue de façon constructive aux questionnements qui traversent le monde arabe contemporain, susciter des débats avec le public, telles sont les objectifs du Festival Cinémas du Sud.

 

Farida Hamak, Abdellah Zerguine
Direction artistique

 

Mohamed Amin Benamraoui, Lina Propeck

Amer Shomali

Sarah Saheen, Daniel Ziskind

Naji Abu Nowar, Amr Waked, Amer Shomali 

Merzak Allouache 

Mounia Layadi

Equipe Regard Sud

Hamza Ouni

Daniel Ziskind, Abdellah Zerguine, Farida Hamak, Sarah Saheen, Denis Revirand, Amr Waked

Amr Waked

Hisham Zaman